Faire une accroche (ou pas)

L’accroche est un standard des méthodes de dissert. Il faudrait une « accroche » qui conduise au sujet. On part d’un élément hors philosophie et on amène vers la problématique. L’accroche sert à intéresser le lecteur et montre que, mais si, tu vois, la philo ça a un ancrage dans le réel, un peu quoi.

accroche méthode de philosophie

À quoi sert l’accroche ?

Une  accroche remplit trois objectifs :

  • Intéresser le lecteur
  • Amener à la suite
  • Éviter un début de copie « sec »

Autrement dit : l’accroche ne sert à rien !

Le correcteur n’a pas besoin d’un intéressé. Il est payé pour lire votre copie. Il va le faire de-toute-façon. Vouloir lui parler d’autre chose que la philo est absurde. Si vous bénéficiez d’un authentique prof de philo, il aime la philo. Pourquoi voulez vous l’accrocher en lui parlant du programme TV ?

Pire, l’accroche est souvent une perte de temps ! Sous prétexte d’attirer l’attention, on prend « quelque chose » sans aucun lien réel à la philo… pour le rattacher à de la philo. Malin. Chercher un exemple *accrocheur* puis le relier au sujet a posteriori est dangereux. Il y de grandes chances que ce que vous connaissez et que vous pouvez rattacher au sujet soit totalement inconnu du lecteur. Ou que ça ne l’accroche pas du tout, lui. Et que vous passiez 15 lignes à expliquer de quoi vous parlez. Trouver votre exemple, l’expliquer, puis faire comprendre en quoi il est pertinent : tout ça prend perd du temps !

Les meilleures copies que j’ai pu lire et faire se passaient d’accroche. Ou faisait une « accroche » d’une seule ligne. Si certaines méthodes suggèrent « d’accrocher », il faut bien comprendre ce conseil. Une accroche sublime une copie déjà excellente. Elle ne sauve pas un travail médiocre. Faute d’être déjà très à l’aise avec la dissertation, mieux vaut éviter l’accroche. On ne peut que gagner du temps.

Par quoi la remplacer ?

En temps limité, se consacrer à la définition des termes du sujet est plus intéressant. Définir et expliquer le sens d’un mot prend du temps ! Et des lignes ! Cela ne consiste jamais à recopier une phrase apprise par cœur. Recopier sans comprendre n’aide jamais en dissertation.

Remplacer l’accroche par une analyse des termes du sujet permet d’amener « naturellement » à la problématique. Les quelques lignes utilisées pour l’accroche seront mieux employées à exposer clairement ses définitions. Vous pouvez voir un exemple d’intro sans accroche sur cette page.

Si vous tenez vraiment à faire une accroche, deux conseils :

  • Faites court
  • N’oubliez pas votre objectif

L’accroche n’est pas un objectif en soi. C’est un moyen d’amener au sujet. Personne n’a survécu à la dissert par la seule force de son accroche. Une accroche ne devrait jamais dépasser cinq lignes. Souvent, deux lignes suffisent.

—–

Image: CC-BY-SA spiesteleviv remixé par dicophilo

8 thoughts on “Faire une accroche (ou pas)

  1. Excuse-moi également mais ton article n’aide pas les élèves qui doivent obligatoirement en faire une. Ce serait bien si tu mettais les deux cas : (pour ceux qui ont le choix) ne pas la faire et (pour ceux qui y sont contraint) comment la faire.

    • C’est vrai. Cela dit, je peux aider sur ce que je sais faire, et les accroches, c’est pas ma spécialité. Si on est contraint de faire une accroche, mon seul conseil est de faire court, et de partir de quelque chose de forcément connu par le correcteur.

      Il ne faut pas perdre de temps à expliquer de quoi on parle, pour ensuite expliquer pourquoi on en parle, puis encore devoir expliquer le lien avec le sujet de philo. On perd du temps, on perd le correcteur. Il faut prendre une expérience commune à tous, ou une référence culturelle inévitable.

      Pour trouver ce genre d’élément, j’utilisais ce critère : « Si mon correcteur ne connait pas ça, c’est lui qui est en tort et pas moi ». Si tu parles de Madame Bovary et que ton correcteur ne l’a pas lu, c’est sa faute, pas la tienne. Donc tu peux accrocher avec Madame Bovary. Mais pas avec un point de détail du livre.

      Le même raisonnement vaut si tu veux accrocher avec Star Wars, l’iPhone, un événement historique, ou d’une expérience de la vie quotidienne. Il faut prendre quelque chose de très très connu. Ça t’évite de devoir introduire en détail l’élément, et ça te permet de le rattacher très vite au sujet.

      Après, pour faire le lien au sujet, ça change selon l’accroche voulue et le sujet. Je vois pas quoi donner comme conseil générique là dessus. Mais plus ton accroche renvoie à un bout de la définition des termes, plus c’est facile et plus c’est pertinent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *