Faire une accroche (ou pas)

L’accroche est un classique des méthodes de dissertation. Cet article explique ce qu’est l’accroche. Il présente les erreurs à éviter et fournit des conseils pour réussir son accroche. Il propose aussi des exemples. Enfin, l’article répond à la question « Faut-il vraiment faire une accroche ? » (pas sûr).

Photo de crochet de boucher et noir et blanc
photo par Engin_Akyurt (CC-0)

Qu’est-ce que l’accroche ?

L’accroche est le tout premier moment de la dissertation. Elle se compose d’une ou plusieurs phrases par lesquelles on débute l’introduction de sa copie.

L’accroche se situe juste avant la définition des termes du sujet. Sa fonction est d’amener vers l’explication des mots du sujet et vers la problématique.

On part d’un élément « quelconque » et on le rattache au sujet et au problème philosophique qu’on va étudier. Ce dont on part est globalement libre, ça peut être :

  • un fait historique
  • un élément d’actualité récente
  • une œuvre littéraire ou artistique
  • une expérience de la vie courante
  • un proverbe ou un lieu commun
  • une citation (déconseillé)
  • ou autre chose encore

L’idée est d’attirer l’attention du correcteur, de susciter son intérêt et d’éviter un début de copie « sec ». Je reviendrai sur ce point plus bas dans la section « Faut-il vraiment faire une accroche ? »

Les erreurs à éviter en accroche

Faire trop long. Une accroche de 2-3 lignes suffit largement. Passé 5 lignes, c’est souvent trop : on perd son temps. L’objectif de l’accroche est d’amener vers ce qui est vraiment important dans la dissertation. Elle n’a pas en elle-même un grand intérêt.

Partir d’un élément inconnu au correcteur. Le lecteur ne sera pas « accroché » s’il ne sait pas de quoi vous parlez. Et vous ne devez pas gaspiller 10 lignes pour expliquer l’exemple que vous avez choisi. L’idéal est de privilégier un élément de culture générale extrêmement célèbre (Madame Bovary, Star Wars Épisode IV, etc.) ou une expérience de la vie quotidienne.

Prendre trop longtemps à choisir votre accroche. 3 minutes, pas plus. Pas besoin de chercher l’accroche parfaite qui rendrait votre copie « unique » et « géniale ». Réservez votre temps pour travailler la problématique, le plan et les arguments. Ce sont eux qui font la valeur de votre copie, bien plus que l’accroche.

Comment faire une bonne accroche ?

Soyez clair et précis. Vous parler d’un film, d’un roman, d’un essai ? Précisez le : « dans le film Le Seigneur des Anneaux ». Vous mentionnez un artiste ? Dites quelle est sa profession exacte : chanteur, peintre, etc. Ce genre de précaution simple évite des confusions.

N’allez pas chercher loin. Plus l’accroche est proche du sujet, plus il est facile de passer à la suite de l’introduction. Une remarque étymologique peut faire une bonne accroche. Une question sur le (ou les) sens d’un mot du sujet aussi. On enchaîne ensuite de façon fluide vers la définition des termes et l’exposé de la problématique.

Évitez les citations. Toute citation doit être expliquée. En plus de recopier la citation (sans faute !), vous devez préciser ce qu’elle signifie et justifier de sa pertinence. C’est beaucoup de choses à rentrer dans le court moment de l’accroche. Sauf citation extrêmement brève, mieux vaut éviter.

Exemples d’accroches

Les exemples ci-dessous sont issus de bonnes copies, mais ils sont malheureusement de niveau CAPES / agreg (les concours pour devenir prof de philo). C’est tout ce que j’ai sous la main.

Sujet : Peut-on ne pas être soi-même ?
« Sois toi-même ! » L’injonction est courante, et souvent entendue par celui qui se prépare avec anxiété pour un important rendez-vous. Derrière sa banalité, la formule a de quoi surprendre.

Sujet : L’interprétation est-elle sans fin ?
Recourir à un interprète, c’est viser un certain but au-delà duquel l’interprète pourra être congédié. De même interpréter ne se fait jamais sans viser une quelconque fin […]

Sujet : La technique transforme-t-elle l’existence humaine ?
Compris comme regroupant tout ce par quoi l’être humain altère son environnement afin de mieux l’adapter à ses besoins, la technique assiste les être humains dans le moindre de leurs gestes quotidiens, de ceux qui élaborent une horloge rudimentaire à ceux de la production au sein d’une entreprise.

Sujet : Qu’est-ce qui est premier ?
Personne ne s’attend à ce que celui qui a terminé premier au Tour de France réitère l’exploit en décrochant le prix Goncourt.

Dans tous ces exemples, les étudiants ont choisi d’être très brefs. Leurs « accroches » sont minimalistes et presque inexistantes. Mais elles préparent la suite de l’introduction : la définition des termes, qui elle-même conduit à la problématique.

Faut-il vraiment faire une accroche ?

Une bonne accroche est un « plus » pour une copie déjà excellente. Mais elle ne sauve pas une dissertation si les bases de la méthode ne sont pas acquises (problématique, plan, progression). C’est pourquoi on dit parfois que l’accroche est facultative.

On conseille alors de passer directement à la définition des termes du sujet et d’y accorder plus de temps. On évite ainsi de chercher une accroche, de tenter de faire un lien artificiel avec le sujet, et on se concentre sur l’essentiel.

Plus intellectuellement, on peut douter de l’utilité de l’accroche. L’accroche a une dimension « cosmétique » : elle rend la copie moins « sèche », elle la peaufine. Mais l’idée même d’accroche semble paradoxale pour 3 raisons :

1. Il n’y a pas besoin d’accrocher le correcteur. L’accroche est censée intéresser le lecteur, « capter son attention ». Mais qui lit des dissertations ? Des correcteurs, qui sont payés pour ça. Ils n’ont pas besoin qu’on les attire vers la copie comme s’ils n’allaient pas la lire sans ça (!)

2. L’accroche écarte de la philo pour y ramener. L’accroche propose de partir d’un élément éloigné de la philosophie, pour le « raccrocher » au sujet et à un problème philosophique. Elle demande de trouver quelque chose qui n’a rien à voir avec ce qu’on fait (de la philo), puis de montrer qu’en fait si, ça a bien un rapport.

3. L’accroche prend les profs de philo pour des crétins. L’accroche cherche à « attirer l’attention » d’un prof de philosophie en lui parlant de tout, sauf de philosophie. Elle semble suggérer qu’il y a des choses philosophiques ailleurs qu’en philosophie. Comme si les philosophes n’étaient pas au courant…

Bref, l’accroche est facultative. Si vous maîtrisez très bien la dissertation et que vous souhaitez en faire une, pourquoi pas. Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’exercice, n’hésitez pas à vous concentrer sur d’autres aspects de la dissertation et à réduire votre accroche au minimum.

Comment rédiger l’introduction

Comment rédiger son intro de dissertation de philosophie ? Quelles sont les étapes obligatoires ? Celles facultatives ? Et quand vaut-il mieux l’écrire ? On fait le point sur la méthode de l’introduction.

Scan d'une vieille page de cahier lignée, vierge et légèrement rosée
Cosmos Pencil Tablet Paper par Calsidyrose (CC-BY)

L’introduction est le premier contact avec le lecteur. C’est un moment important, qui montre déjà si vous maîtrisez la méthode. Un correcteur connaît à peu près votre note rien qu’en lisant l’introduction. Autant ne pas la bâcler !

Une intro est toujours structurée en 3 ou 4 étapes :

  1. accroche (facultative)
  2. définition des termes du sujet
  3. énoncé de la problématique
  4. annonce de plan

Le correcteur va chercher ces étapes dans votre texte. S’il n’y parvient pas, c’est que votre introduction est confuse ou manque de structure. Il faut donc être le plus clair possible. Une bonne idée est de revenir à la ligne à chaque nouvelle étape. Vous indiquez ainsi visuellement le changement et aidez le lecteur à suivre votre pensée.

Étape 1 : l’accroche

Article détailléFaire une accroche

C’est une étape facultative. Elle consiste à prendre un élément “accrocheur” pour capter l’attention du lecteur. On part de quelque chose “hors philosophie” (fait historique, événement récent, fiction, etc.) et on amène vers le sujet. L’idée est de ne pas démarrer trop sèchement, directement en donnant la définition des termes du sujet.

Étape 2 : définir les termes

Article détailléDéfinir les termes

Il s’agit d’expliciter le sens qu’on donne aux mots du sujet. Fournir des définitions permet d’être d’accord sur “de quoi on parle” et évite les malentendus. Pensez à un sujet sur la morale : il vaut mieux définir la morale dès le départ, sinon on risque de ne pas se comprendre.

Étape 3 : poser la problématique

Articles détaillésComment trouver la problématique ? + Poser la problématique

La définition des termes fait apparaître un problème intellectuel, un paradoxe. C’est ce qu’on appelle la problématique. L’introduction doit expliquer clairement quel est ce problème. Il ne s’agit pas juste de poser une question, mais de montrer au lecteur que quelque chose “ne fonctionne pas” avec les définitions.

C’est une étape cruciale de la copie. Si vous n’identifiez pas de problème, vous n’avez pas de raison d’écrire de dissertation. En réalité, toute votre dissertation est un essai pour solutionner ce problème. Vous devez donc être très pédagogique.

Étape 4 : annoncer le plan

Article détailléL’annonce de plan

Une fois le problème présenté, on déroule les étapes de sa résolution. C’est-à-dire le plan. Annoncer le plan montre que vous savez où vous allez et donne une idée de la progression que vous allez suivre. En pratique, il s’agit de faire 3 phrases qui décrivent rapidement le contenu de vos 3 parties.

Certains professeurs préfèrent du suspense (sic) et disent que l’annonce de plan est facultative. D’autres affirment l’inverse : “S’il n’y a pas d’annonce de plan, c’est qu’il n’y a pas de plan”. Pour être prudent mieux vaut toujours annoncer son plan.

Et après l’intro ?

Article détaillé Faire une sous-partie

Une fois l’introduction rédigée, vous allez écrire votre développement. Il se compose souvent de 3 grandes parties, qui contiennent chacune 3 sous-parties. Chaque sous-partie doit affirmer une idée et donner une raison d’accepter cette idée.

Quand rédiger l’introduction ?

L’introduction peut se rédiger avant d’écrire le développement, ou bien à l’inverse après l’avoir écrit. Chaque option à ses avantages et ses inconvénients. Rédiger l’introduction en premier suppose d’avantage de maîtrise, mais donne souvent un résultat plus convaincant. L’écrire après le développement permet de rattraper des erreurs, mais ne garantit pas de sauver la copie.

On peut aussi écrire les définitions et la problématique d’abord, et compléter l’annonce de plan une fois la copie entièrement rédigée. Cela permet d’avoir une idée nette de la problématique et du sens des mots, sans obliger à suivre un plan qu’on n’a pas complètement prévu.