Bibliographie

  • Barbarie, Dictionnaire de philosophie, Noëlla Baraquin, Armand-Colin, 2007
  • Barbarie, Dictionnaire de philosophie, Christian Godin, Fayard, 2004
  • Barbare, Nouveau vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, Louis-Marie Morfaux, Jean Lefranc, Armand-Colin, 2005
  • Barbarie, Philosophie de A à Z, Collectif, Hatier, 2000

3 comments / Add your comment below

  1. BARBARE, adj. et subst.
    I.− Étranger, soit par sa race, soit par son appartenance à une autre civilisation :
    1. On n’a jamais appelé Socrate barbare. Il était impossible d’appeler ainsi un grec (…). Je trouve d’ailleurs que dans ce passage vous jouez un peu sur les mots. Dans notre langue, barbare a deux sens principaux : sauvage, non cultivé et cruel. Un peuple très barbare peut être fort doux et un peuple très civilisé très barbare. Mérimée, Lettres à Viollet-le-Duc,1870, p. 31.

  2. La Barbarie existe depuis la nuit des temps ou plutôt depuis que l’homme existe… étaient considérés comme barbares les peuples qui ne faisaient pas partie du langage commun et de la civilisation établie. A l’epoque des romains, étaient barbares les peuples étrangers. Je pense, pour ma part,que la barbarie, au sens actuel,est le défaut de connaissances intellectuelles, de réflexion légitime sur ce qui fait l’humain à sens noble du terme. Nous assistons aujourd’hui à une nouvelle émergence de barbares. Ces prétendus djihadistes qui veulent nous faire du mal se cachent derrière leur prétendu coran afin d’infliger un je ne sais quoi à je ne sais qui… leur pauvreté intellectuelle augmentée de leur savoir inexistant en font des êtres primitifs associés a des instincts animaux et qui ne méritent pas le nom d’Humain. Le Barbare de ce jour ,est l’inutile du moment, celui que rien ne retiendra dans l’histoire et qui mourra comme il a vécu, c’est à dire de manière insignifiante. Une merde de rat a plus d’importance à mes yeux que le relant indélicat et nauséabond de sa barbarie. Car le traitant de barbare,je ne le nomme pas; car le nommer ce serait encore lui faire trop d’intérêt. Je le combats ,de toutes mes forces, je le renie.
    Je finirais par une citation d’Albert Einstein qui lui, avait tout compris :
    Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.

    La philosophie est le dernier rempart contre la barbarie

    1. BARBARE, adj. et subst.
      I.− Étranger, soit par sa race, soit par son appartenance à une autre civilisation :
      1. On n’a jamais appelé Socrate barbare. Il était impossible d’appeler ainsi un grec (…). Je trouve d’ailleurs que dans ce passage vous jouez un peu sur les mots. Dans notre langue, barbare a deux sens principaux : sauvage, non cultivé et cruel. Un peuple très barbare peut être fort doux et un peuple très civilisé très barbare. Mérimée, Lettres à Viollet-le-Duc,1870, p. 31.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *