État de droit

État de droit (nom commun)
État qui respecte les lois qui régissent la gestion des affaires publiques.

Dans un État de droit, il est possible de recourir à l’État contre l’État. On peut contester des décisions ou des actions de l’État si elles sont illégales. L’État de droit s’oppose ainsi au despotisme, où règne un arbitraire sans recours.

Le concept de droits est au cœur de l’État, et certains considèrent que parler d’État de droit redondant. Cependant l’idée de raison d’État, l’usage souvent vague de « État » ou les ambiguïtés de l’idée de souveraineté font que parler d’État de droit apporte souvent une précision.

Kelsen définit l’État de droit par :

  • l’indépendance des tribunaux
  • la garantie des libertés fondamentales (conscience et expression notamment)
  • la responsabilité des gouvernant face à leurs actes
  • et la soumission de l’administration et de la juridiction aux lois.

Bibliographie

  • État, Dictionnaire de philosophie, Noëlla Baraquin (dir.), Paris, Armand-Colin, 2007
  • État, Dictionnaire de philosophie, Christian Godin, Paris, Fayard, 2004
  • État, Dictionnaire des concepts philosophiques, Michel Blay (dir.), Paris, Larousse-CNRS, 2007
  • État, Lexique des repères philosophiques, Olivier Dekens, Paris, Ellipses, 2004
  • État, Nouveau vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, Louis-Marie Morfaux (dir.), Jean Lefranc (dir.), Paris, Armand-Colin, 2005
  • État, Philosophie de A à Z, Collectif, Paris, Hatier, 2000
  • État, Vocabulaire technique et analytique de l'épistémologie, Robert Nadeau, Paris, PUF, 1999
  • Penser l'État, Phillipe Braud, Paris, Point, 2004
  • Qu'est ce que l'État, Alain Cambier, Paris, Vrin, 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *