Animal-machine

Animal-machine (nom commun)
Théorie de René Descartes selon laquelle l'animal est analogue à la machine fabriquée.
Terme(s) associé(s)

homme-machine, mécanisme

Étymologie

Du français, « animal » et « machine »

Descartes affirme que l’animal n’est rien d’autre qu’une machine perfectionnée. Il n’y pas de différence fondamentale entre un automate et un animal. Un artefact fabriqué par l’homme n’est pas ontologiquement distinct d’un animal. La Lettre au Marquis de Newcastle (23 novembre 1646) compare explicitement l’animal à un horologe, composé de pièces mécaniques et de ressorts.

Pour Descartes, l’animal n’a ni âme ni raison. En dépit des apparences, l’animal n’a pas de pensées. Il réagit « automatiquement » à des stimuli. C’est une créature intégralement déterminée, qui est conçue sur le modèle d’un système mécanique.

À l’inverse, l’homme dispose de la pensée et du langage. Il a une âme et une raison. Il est libre. C’est une créature, mais une créature qui porte en elle la marque de l’infinité de Dieu. L’homme et l’animal sont finis, mais l’homme n’est pas pure finitude.

Descartes pense une rupture profonde entre l’homme et l’animal. Peu importe tout ce qui nous rapproche en apparence des animaux : il y a une différence métaphysique entre eux et nous.  Descartes le dira explicitement : l’homme est plus proche de Dieu que des animaux.

La théorie de l’animal-machine sera abondamment critiquée par la suite. Aujourd’hui plus personne ne croit que les animaux soient réductibles à des machines (voir plus bas les commentaires). Sauf à l’heure des repas, bien entendu.

Bibliographie

  • Animal-machine, Dictionnaire de philosophie, Noëlla Baraquin, Armand-Colin, 2007
  • Animal, Dictionnaire de philosophie, Christian Godin, Fayard, 2004
  • Partie V, Discours de la méthode, René Descartes
  • Lettre au marquis de Newcastle du 23 novembre 1646, René Descartes
  • Animal, Nouveau vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, Louis-Marie Morfaux, Jean Lefranc, Armand-Colin, 2005
  • Animal, Philosophie de A à Z, Collectif, Hatier, 2000

11 comments / Add your comment below

  1. Bravo Descartes pour son inhumanité envers les animaux ! Un rationnel étriqué fondamental ? Et pourtant la Genèse explique que Dieu créa AUSSI les animaux … N’était-il pas au courant au 17e siècle ? Descartes avait-il lui-même une âme pour pouvoir penser ainsi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *