Art

Art (nom commun)
Activité fabricatrice de l'homme, par opposition aux produits de la nature.
Technique.
Beaux-arts.
(Vieilli) Activité fabricatrice ayant ses procédés propres.
(Disparu) Connaissance, discipline intellectuelle.
Remarque

La définition de l’art est notoirement difficile et constitue un champ d’investigation philosophique en tant que tel. Les sens du mot « art » sont multiples, sédimentés et s’entre-croisent dans la langue. Des usages disparus du mot restent présents dans des expressions et contribuent à rendre le sujet encore plus difficle.

Qu’est ce que l’art ? Une définition introuvable

La définition de l’art ne va pas de soi. Qu’est ce que l’art ? est une interrogation encore vive. Et identifier une œuvre d’art n’est pas toujours évident. Prenez un urinoir, mettez le dans un musée. Ajoutez une étiquette et un présentoir. La différence entre art et non-art s’obscurcit. Plusieurs éléments rendent la définition de l’art difficile :

  • la polysémie du mot
  • l’ancienneté du mot
  • les évolutions artistiques du XXe siècle et après
  • la valorisation sociale de l’art

L’art est un mot ancien qui dispose de plusieurs sens. Problème : beaucoup d’entre eux sont à la fois inusités… et présents dans la langue. Arts mineurs, arts libéraux, art et métiers : ces expressions conservent dans la langue des sens vieillis du mot. Quel rapport entre l’art d’aujourd’hui et les arts libéraux médiévaux ? Aucun au fond. Mais le concept d’art hérite de l’histoire du mot. Cette histoire peut être aidante, mais elle produit aussi des confusions.

De plus, les innovations artistiques du XXe siècle rendent l’art plus difficile à définir. On cite à l’envi les Ready made de Duchamp. Avec le Ready made, il n’y a plus de différence perceptible entre l’art et l’objet commun. L’art n’est même plus lié à une technique de fabrication. Les œuvres du XXe et après ont conduit à rendre le concept d’art flou. Identifier une œuvre d’art est à la fois évident (un film, c’est de l’art) et très difficile.

fontaine
Fontaine de Duchamp [cc Micha L. Rieser]
Dernier point, l’art est très valorisé socialement. L’art n’est pas anecdotique. Ce n’est pas « rien » ou « sans intérêt ». On tend à penser ou présenter l’art comme quelque chose d’important. En conséquence, certaines définitions de l’art ne définissent pas (!). Elles évaluent. Si c’est nul, ce n’est pas de l’art (ex: mes dessins). Si c’est de qualité, c’est de l’art (ex: les dessins d’un pro). Cette façon de penser rend encore la définition de l’art plus complexe.

Des différents sens proposés plus haut, seuls deux sont encore prégnants aujourd’hui :

  • l’art comme production dotée d’une valeur esthétique
  • l’art comme technique

Les autres sens sont moins courants de nos jours, mais ils peut être utile de savoir qu’il existent. En particulier le sens (1), sans lequel on ne comprendrait pas certaines oppositions (Art / Nature). Dans tous les cas, ces sens n’épuisent pas le mot. Un dictionnaire d’esthétique et de philosophie de l’art peut aller jusqu’à lister une quinzaine d’utilisations différentes du mot. Beaucoup sont vieillies ou disparues, mais presque toutes participent à l’état du terme « art » en français.

Sens 1 : Activité fabricatrice de l’homme

Ici, l’art s’oppose à la nature, à ce qui est produit sans intervention humaine. Il correspond à tout ce qui n’aurait pas existé sans l’action de l’homme. Une maison est une production humaine : c’est de l’art. Un arbre qui pousse dans la forêt est une production naturelle : ce n’est pas de l’art. On a là un usage non esthétique du mot art.

Ce sens est aujourd’hui vieilli, mais il peut se retrouver par endroits. La question « L’art imite-t-il la nature ? » porte sur cette acception du mot. Le problème est de savoir si l’activité humaine imite la production naturelle. On s’intéresse aux rapports entre ce que fait l’homme et ce que fait la nature. La question n’est pas « Doit-on peindre autre chose que des paysages ? ».

art-definition-philosophie2
De l’art au sens (1) [cc J.smith]

Sens 2 : Technique

L’art est un ensemble de procédés permettant d’obtenir un résultat déterminé. C’est une technique (et pas la technique). On parle alors d’un art (et pas de l’art) et il y a autant d’arts que de pratiques. Tout ou presque peut être un art : faire tourner son stylo sur son pouce, réchauffer de la pizza au micro-onde, etc.

L’art s’oppose ici au hasard et au savoir purement théorique. Contrairement au hasard, l’art manifeste un savoir-faire, une compétence. Je peux réussir par hasard à faire quelque chose de très bien, mais je ne maîtrise pas un art. Par rapport au savoir théorique, l’art suppose une action concrète, voire une expérience. Il ne suffit pas de comprendre le fonctionnement, il faut pratiquer.

Par rapport à « technique », le mot « art » connote l’idée de qualité. Un art est un procédé qui garantit la qualité du résultat. On peut avoir une « mauvaise technique » ou une technique médiocre, mais pas un art médiocre ou inefficace.

Sens 3 : les Beaux-arts

Quand on parle d’art aujourd’hui, on parle des beaux arts. C’est le sens esthétique, désormais dominant. Il est toutefois difficile à définir. Parler de « Beaux-arts » permet de séparer arts « esthétiques » et arts « techniques », mais ça ne fait pas avancer la définition. L’art désigne ici à la fois :

  • un ensemble d’œuvres (œuvres d’art)
  • des disciplines spécialisées (les différents art)

Plusieurs critères ont été proposés pour séparer art et non-art, mais tous sont problématiques à différents niveaux. L’art n’est pas forcément beau (loin de là). Il peut ne pas être innovant. Il ne procure pas forcément un sentiment esthétique. Et il ne suffit pas d’être dans un musée pour être de l’art.

art-definition-philosophie3
De l’art au sens (3) [cc David Gaya]
Concernant ce sens esthétique, il est sans doute bon de garder la tête froide. L’art est sujet à de multiples clichés, parfois défendus par des philosophes respectables. En philosophie de l’art, les meilleurs disent parfois n’importe quoi. Roger Pouivet rappelle que l’immense majorité des œuvres d’art est médiocre, voire nulle, et sans intérêt. D’un point de vue descriptif, c’est vrai.

La quantité d’œuvre d’art est telle que seule une infime minorité sort du lot par sa qualité. À peu près toutes les œuvres auxquelles on pense immédiatement font déjà partie d’une minorité d’œuvres connues ou visibles. Elles masquent l’immensité des productions que nous ne connaissons pas ou qui n’ont même pas reçu notre attention. Pour certaines d’entre elles, on ne les a même pas envisagées comme de l’art.

On notera le cliché qui veut l’art soit forcément « créateur ». L’idée de « création artistique » mélange plusieurs choses. Elle connote l’originalité, la nouveauté… et la divinité. Parce qu’il y a bien un créateur, tout puissant, qui fait du nouveau et du génial à partir de rien : Dieu. Dire que l’artiste est créateur n’est pas anodin. C’est très valorisant, mais ça n’apporte pas forcément à la définition. L’artiste produit des œuvres. Ça c’est descriptif.

Bibliographie

  • Art, fiche personnelle
  • Art, Dictionnaire de philosophie, Noëlla Baraquin (dir.), Paris, Armand-Colin, 2007
  • Art, Dictionnaire de philosophie, Christian Godin, Paris, Fayard, 2004
  • Art, Dictionnaire des concepts philosophiques, Michel Blay (dir.), Paris, Larousse-CNRS, 2007
  • Art, Lexique de philosophie, Olivier Dekens, Paris, Ellipses, 2002
  • Art, Nouveau vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, Louis-Marie Morfaux (dir.), Jean Lefranc (dir.), Paris, Armand-Colin, 2005
  • Art, Philosophie de A à Z, Collectif, Paris, Hatier, 2000