Volonté

Volonté (nom commun)
Faculté censée être à l’origine d’actes délibérés, ni issus du hasard ni d’une nécessité physique.
Souhait durable, rationnel et conscient, considéré comme cause de la poursuite d’une fin.
Exemple(s)
  1. La volonté est une faculté différente de l’imagination.
  2. Sa volonté de devenir médecin et il fera tout pour cela.

Une faculté

Au sens , la volonté est une faculté. Elle est un pouvoir, une capacité qui permet d’expliquer une certaine catégorie d’événements. C’est une faculté humaine individuelle reliée à la liberté et au pouvoir de se déterminer soi-même.

Certains événements du monde humain semblent s’expliquer par une causalité particulière. Ils ne relèveraient ni du hasard, ni de la nécessité physique. « Pourquoi Emmanuel est-il sorti se promener ? » ne s’explique pas par un élément physique.

La réponse n’est pas un exposé de chimie du cerveau (apparition de l’envie de sortir) ou de mécanique (mouvements qui font sortir). La « bonne » réponse est d’invoquer la volonté. Emmanuel voulait aller se promener.

Cette description traditionnelle rencontre toutefois des difficultés :

  • l’existence réelle d’une faculté de volonté est contestée
  • les définitions proposées par les dictionnaires ne sont pas des définitions de faculté
  • la distinction entre faculté de volonté et pouvoir de choix n’est pas toujours claire

Les dictionnaires mentionnent surtout la volonté comme faculté. Ils ignorent largement le sens proposé ici. Pourtant, les caractérisations qu’ils proposent de la volonté ne sont pas toujours celle d’une faculté.

Dekkens présente la volonté comme « désir ou faculté ». Si c’est un désir, ça n’a pas les même caractères qu’une faculté ! Beaucoup d’autres manuels insistent sur « l’acte volontaire » au détriment d’une définition de la volonté.

Plus problématique, Godin et Baraquin définissent la volonté comme faculté « censée » avoir un pouvoir causal ou explicatif. Qu’on attribue à la volonté un pouvoir est un fait, qu’elle ait effectivement un pouvoir est contesté.

Enfin, l’existence de la volonté comme faculté indépendante n’est pas toujours nettement établie. En quoi la volonté n’est-elle pas un modalité d’usage de notre liberté (pouvoir de choix) ?

On note que les dictionnaires tendent tous à présenter des entrées très historiques. Centrés sur les conceptions passées de la volonté, les manuels citent généralement :

  • l’Antiquité grecque
  • Descartes
  • Spinoza
  • Kant
  • Rousseau (volonté générale)
  • Nietzsche (volonté de puissance)

À titre personnel, j’aurais tendance à penser que le thème de la volonté est aujourd’hui dépassé. C’est l’idée de consentement qui est aujourd’hui appelée dans les débats éthiques. Les pensées de la liberté et de la causalité ont évolué de façon à vider la volonté de son efficace théorique.

Un type de souhait

Au sens , la volonté est un type de souhait particulier. Une volonté est un souhait :

  • durable
  • rationnel
  • et dont l’individu a conscience

La volonté est un souhait réfléchi. Elle n’est pas :

  • la velléité (souhait faible, passager)
  • le désir (irrationnel)

On parle facilement de volonté lorsqu’un individu s’engage dans un projet, lors qu’il veut satisfaire un souhait réaliste. À l’inverse, si l’objectif est irréalisable, illusoire ou fictif on ne parlera pas de « volonté »

L’action volontaire renvoie à des objectifs, des moyens et des connaissances. On ne dira pas « volontaire » une action accomplie par ignorance. Si j’agis consciemment mais sans connaître certaines conséquences de mon acte, elles ne seront pas « volontaires ».

Un acte volonté doit pouvoir être assumé par l’agent. Il est dit responsable de ces actes. Une action réalisée sous la contrainte n’est donc jamais volontaire.

La psychologie classique (James) divise l’acte volontaire en 4 moments :

  • conception
  • délibération
  • décision
  • réalisation

On voit là une implication de l’agent dans son action, en même temps que la dimension psychologique de la volonté (réflexion).

Bibliographie

  • Volonté, Dictionnaire de philosophie, Noëlla Baraquin, Armand-Colin, 2007
  • Volonté, Dictionnaire de philosophie, Christian Godin, Fayard, 2004
  • Volonté, Dictionnaire des concepts philosophiques, Michel Blay, Larousse-CNRS, 2007
  • Volonté, Lexique de philosophie, Olivier Dekens, Ellipses, 2002
  • Volonté, Nouveau vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, Louis-Marie Morfaux, Jean Lefranc, Armand-Colin, 2005
  • Volonté, Philosophie de A à Z, Collectif, Hatier, 2000

6 comments / Add your comment below

  1. Bravo pour votre travail et pour ce site.
    En lisant votre « à propos », je me demandais ce qui vous avait motivé dans ce projet, puisque vous n’êtes ni étudiant, ni enseignant en philosophie. Simple curiosité…C’est gentil de votre part de proposer un dictionnaire en ligne gratuit et abordable.

    1. Hey, je suis un ancien étudiant de philo ! C’est pas comme si j’avais fait de la philo comme loisir :p Concernant la motivation, c’est un mélange de plein de choses : j’aime partager mes connaissances, j’avais envie d’apprendre à faire un site web (ça a marché), et j’avais 200 pages de notes de prépa CAPES/agreg « Hors programme » qui ressemblaient de plus en plus à dico de philo. Et pour le gratuit, je viens de Wikipédia au départ : on se refait pas. Voilà, j’espère que ça répond à ta question 🙂

  2. Bonjour !

    J’ai fait quelques recherches et je n’arrive pas à comprendre ce que pense Spinoza du concept de volonté !
    Est ce que ce serait possible de me donner quelques informations ?
    Merci d’avance !

    1. Bonjour. Je ne m’y connais pas franchement sur Spinoza.

      J’ai regardé les quelques ressources que j’ai sous la main, mais je n’ai rien trouvé qui soit : 1) centré sur la volonté chez Spinoza ; 2) clair et sans jargon spinoziste. Sinon, le Dictionnaire de Baraquin (voir biblio) a une section sur volonté chez Spinoza. Mais je ne garantis pas que ce soit clair.

  3. Salut,
    Comme j’ai pas compris ce, j’ai une question à te poser: comment cette faculté permet  »d’expliquer une certaine catégorie d’événements »?

    1. Bonjour. Je suis pas certain d’avoir compris à 100% ta question, mais je vais essayer de te répondre.

      On peut dire que toutes les choses qui arrivent sont des « événements« . Une feuille qui tombe d’un arbre, c’est un événement. Faire une promenade, c’est un événement aussi.

      Quand on veut expliquer un événement, on cherche sa cause. Quand une feuille tombe d’un arbre, la cause n’est pas liée à quelqu’un. C’est simplement les lois de la nature, la façon dont le monde est fait, qui veut que la feuille tombe.

      Pour certains événements, on cherche parfois une autre cause. C’est là qu’intervient la volonté. Quand quelqu’un part faire une promenade, on pourra dire que la cause, c’est sa volonté d’aller se promener. Bien sûr, les lois de la nature sont toujours là, mais on ajoute la volonté dans l’explication.

      Certains philosophes ont pensé qu’avoir une volonté (comme celle d’aller faire une promenade), cela supposait une capacité particulière, un pouvoir spécial. Pour que les gens puissent avoir une volonté particulière, il faudrait qu’ils aient un pouvoir, et ce pouvoir s’appelle aussi « volonté ». La volonté, c’est donc à la fois un pouvoir (une faculté), et un souhait qui est produit par ce pouvoir.

      Mais tout le monde n’est pas d’accord là dessus. Il y a des gens qui diront que la volonté, c’est un pouvoir étrange. On ne voit pas vraiment « comment » ça marche. Comment on peut la relier à ce que nous dit la science (par exemple). Bref, c’est une capacité obscure, et on peut se demander si elle existe vraiment.

      « Comment » la volonté permet d’expliquer des choses, ça dépendra de la théorie. Mais ça suppose d’approfondir plus le sujet que ce que dit juste un dictionnaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *